AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
AuteurMessage
Messages : 910
Date d'inscription : 18/07/2013
Organisation : Mangemorts
Emploi/études : Ex-Oubliator d'Elite - Sans emploi
Maison : Poufsouffle
avatar
Nicholaus Rosenhirsh
Afficher

Feuille de personnage
Caractère/infos particulières:
Carnet d'adresses:
Capacités spéciales:
MessageSujet: Nicholaus Rosenhirsh   Jeu 18 Juil - 12:00

© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Nicholaus Malkièl ROSENHIRSH
« Nous sommes tous fous d'une façon ou d'une autre. »



۞ ÂGE : 11 octobre 1945 - 32 ans
۞ NATIONALITÉ : Né sur le sol anglais de parents allemands
۞ ÉTAT CIVIL : Célibataire

۞ SANG : Sorcier ordinaire. Père sorcier ordinaire, mère née-moldue.

۞ BAGUETTE : Bois d'Aubépine - Nerf de Dragon - Droite & noueuse avec des incrustations étranges


۞ ECOLE : Poudlard
۞ MAISON :Poufsouffle


۞ MÉTIER/OCCUPATION : Ancien Oubliator d'Elite - actuellement sans emploi
۞ ORGANISATION : Mangemort

۞ CAPACITE(S) SPECIALE(S) : Crépusculaire 4e degré de Fowles - Schizophrène Paranoïde.


Background Confessions

Before Me...


Quelque soit le sol, la population concernée, les idéaux criés et décriés, la Guerre n'est jamais l'instrument de paix et de remise à nouveau que ses détenteurs se targuent de propager.

Et si les Moldus ont toujours été bien plus doués pour la faire naitre, l'alimenter, en éteindre la flamme et recommencer quelques années plus tard, plus fort, plus loin, les Sorciers sont loin d'en être aussi exempts qu'ils l'aimeraient. Car si le secret magique existant depuis le Moyen-Age a doucement clivé les deux sociétés de part et d'autre, les actes des uns ne peuvent qu'influer la vie des autres. Il suffirait pour cela d'un observateur éclairé pour mettre à jour les fins liens existants entre un certain Grindewald ou d'autres sorciers mal avisés et l'embrasement de la 2nde Guerre Mondiale Moldue, voire même d'y trouver des symptômes et conséquences collatérales dans les deux mondes.

On ne bombarde pas des villes entières sans que même les sorciers ne frémissent sous leur cape. On n'installe pas une idéologie sombre sans influer sur l'autre partie du monde humain. On n'occupe pas des sols entiers sans bousculer le mode de vie de tous les pans de la population, qu'elle en ait conscience ou non. Sorciers et Moldus sont bien plus proches et liés que ce que certains pourraient croire, vivants dans les mêmes rues, se saluant sur les paliers, discutant même, allant jusque partager certaines opinions inhérentes à la notion de Pays tout entier.

Et lorsque la guerre éclate en ce jour de septembre 1939, lorsqu' Hitler profite de la poussée d'extrémisme de la population, les Moldus ne sont pas les seuls à lever le poing, à le soutenir ou le haïr, à retenir leur souffle lâchement en attendant que l'orage passe ou au contraire essayer de sauver quelques voisins à l'origine un peu trop juive.

La Magie n'est rien fasse aux armes des SS et de leur quête de pureté. Les nés-Moldus et surtout leur famille existent bien trop aux yeux du IIIe Reich et jouer de sorts de confusion, d'oubliettes ou de repousse-moldu ne peut durer qu'un temps tandis que la peur de la déportation s'insinue de plus en plus.

Karl et Ahava Rosenhirsh – née Cohen – décidèrent ainsi de quitter leur Allemagne natale après une énième rencontre houleuse avec un officier gradé ayant connaissance des origines juives -et moldues par la-même- de la jeune femme. Cela ne pouvait plus durer, il leur fallait fuir. Sacrifiant une partie de leurs économies afin d'abandonner ce qui avait toujours été leur vie jusque-là, ils parvinrent à rejoindre l'Angleterre en compagnie de quelques membres de la famille de la jeune femme. Les laisser en arrière aurait signifié leur mort, une diseuse de bonne aventure sorcière avait été plus que claire sur ce fait-là.


... When I was a Child ...


Installés depuis quelques années dans le Londres sorcier, les Rosenhirsh faisaient petit à petit leur nid après ce nouveau départ.
Si Karl avait choisi cette destination pour fuir les horreurs nazies ce n'était pas uniquement pour la position moldue de la Grande-bretagne quant à la Guerre, mais aussi en fonction de son propre travail et compétences: Diplômé en Recherche de Sortilèges de Défense contre la Magie Noire, la présence de plus en plus pesante du mage Grindelwald lui assurait un job aussi bien dans son ancienne Germanie qu'en Angleterre où l'ombre du Sorcier sombre inquiétait de plus en plus. Sa jeune épouse quant à elle musicienne, et dont la carrière jouissait déja d'un petit succès timide mais prometteur de l'autre côté de la Manche, parvint doucement mais surement à séduire les Britanniques amateurs de musique avec son art du violoncelle sorcier.

Bien intégrés dans un appartement agréable de Londres, gardant contact avec certains amis sorciers qui avaient décidé de rester en Allemagne malgré l'ambiance et parfois même pour prendre position, ils apprirent comme tout un chacun la nouvelle atroce de la mort d'une toute jeune enfant par le fou furieux Grindelwald. Un crime et une ambiance qui les inquiéta comme tout un chacun, bien placé pour savoir que l'horreur n'arrive pas qu'aux autres et espérant pieusement ne pas avoir quitté un enfer pour un autre.

L'année suivante, Ahava était enceinte.

Né un matin ensoleillé d'octobre en l'année 1945, Nicholaus hérita comme second prénom de celui de son grand-père maternel autant par souvenir du vieil homme que selon les traditions juives que Ahava respectait toujours malgré son appartenance maintenant agnostique au monde magique. Poupon calme et souriant, l'enfant fut un véritable rayon de soleil sous le regard doux et fier des ses parents. Timide mais à la gentillesse débordante, les Rosenhirsh mirent quelques temps avant de s'inquiéter du regard parfois trop fixe ou décalé de leur rejeton, de sa propension à faire des terreurs nocturnes subites sans aucun signe avant coureur. Mais les Magicopédiatres affirmèrent avec assurance qu'un tout jeune enfant avait souvent tendance à se focaliser sur des choses que nous considérions sans aucune importance et que parfois de simples détails ou bruits dans son sommeil pouvaient n'avoir que des conséquences bénignes. Qu'il ne fallait pas s'en faire.

Pourtant, tel n'était pas le cas.

Car le jeune Nicholaus a parfois besoin de se frotter les yeux alors que des choses semblent danser sous son regard le soir, tandis qu'il sait à peine mettre des mots sur ce qu'il voit.

"Une grande imagination" déclarent d'autres médicomages alors que le petit garçon vient à parler de voix imaginaires qui lui soufflent des idées rocambolesques. Il commence à avoir tendance à vérifier que les portes sont bien fermées, exigeant avec un petit sourire désolé que sa mère relance chaque sortilège de verrouillage. Il n'est pas rare qu'il ait la manie de vérifier plusieurs fois derrière son épaule et ne supporte pas de se retrouver assis le dos au vide ou à la sortie.
Mais le petit garçon reste enjoué, doux et calme, faisant fondre ses parents, leurs amis et même les collègues musiciens de sa mère avec qui il passe beaucoup de temps, sa petite bouille pâle avec ses cheveux trop clairs et ses yeux bleus ne laissant pas indifférent, sa façon de surveiller les arrières de tout le monde et de vérifier que chacun à les mains bien propres plusieurs fois par jour faisant bien rire les adultes. Chacun prend ces quelques paroles décalées pour de simples élucubrations d'enfants.

Même quand le garçonnet commence à expliquer que certains des "grands" possèdent plusieurs personnes en eux, des gens morts qui veulent revenir plus tard.

On lui ébouriffe les cheveux et on rentre parfois même dans son jeu. Les autres enfants eux-mêmes hésitant souvent entre le regarder étrangement ou le trouver "trop super de la mort qui est chouette" avec ses drôles d'idées.


... Then, I discovered the Wizzards World ...


Alors qu'il pénètre les antiques lieux emplis d'histoire de Poudlard, le jeune Nicholaus n'est guère rassuré, il ne se sent pas à la hauteur, trop petit, trop blond, trop seul, trop différent, ses parents lui manquent déjà, sa chambre réconfortante et tout le reste. Il a bien discuté un peu avec d'autres enfants dans le train, a souri à une jeune sorcière avec plein de bonbons et même rigolé un peu tout en résistant pour ne pas sortir son vieux doudou de sa valise tandis que des grands s'amusaient vraisemblablement de son manque de connaissances sur ce qui l'attendait. Beaucoup de questions lui bousculent l'esprit alors que le regard des vieux tableaux se pose sur lui avant que ce ne soit le tour des professeurs, des autres élèves et enfin le fameux Choixpeau.

Un mauvais moment plus tard, une nouvelle voix dans sa tête lui faisant des commentaires auxquels il aurait bien répliqué s'il l'avait osé et le voici qui rejoint les Noirs et Ors. Poufsouffle.

Calme, pondéré, le jeune enfant laisse place à un adolescent timide mais souriant et travailleur extrêmement poli qui n'a jamais une parole plus forte qu'une autre malgré les cernes qui commencent à marquer de plus en plus son visage, certaines phobies qui se développent et accentuent de plus en plus ses symptômes qu'il tâche autant que possible de dissimuler avec plus ou moins de succès. Poudlard est un lieu qui regorge de magie et le garçon croise bien trop de choses que les autres ne voient pas, des choses dont il a du mal a détourner le regard, des choses qui nourrissent les voix dans sa tête, qui lui chuchotent de plus en plus de paroles qui lui semblent véridiques, qu'il a du mal à nier.

Même si cela fait quelques années qu'il est suivi et fait de réguliers sauts à Sainte-Mangouste en compagnie du Docteur Fowles, ce n'est que lors de sa 5e année qu'un nom est réellement apposé sur sa pathologie. Il est un Crépusculaire.

Et cela n'arrange absolument rien, ce détail n'est qu'une partie du tout qui l'englobe lui et la place que l'Univers et ses morts veulent lui donner. Ce qu'il refuse.

Sous l'avancée de ses symptômes, l'éclatement de certaines crises délirantes mineures, et les conseils du corps médical, le Directeur accepte exceptionnellement de laisser le jeune homme effectuer sa dernière année en deux ans au lieu d'un seul. Très bon élève, ses insomnies, peurs et visions le fatiguent et lui font passer bien trop d'heures à l'infirmerie voir à Sainte-Mangouste pour réussir efficacement à suivre ses cours et ses Aspics malgré son potentiel. Les potions médicales l'aident un peu à se resituer mais elles sont bien moins efficaces qu'elles devraient l'être pour des pathologies mentales similaires à la sienne. C'est la faute des visions qui le rendent spécial, unique et maudit, il le sait, ILS le lui ont déja dit.

Le jeune homme qui ressort de l'Ecole de Magie, ses Aspics en poche est bien moins enjoué que celui qu'il était il y a quelques années encore, son regard semblant dissimuler déjà bien des secrets. Même si sa scolarité s'est passée sans trop d'anicroches malgré certaines crises paranoïdes et maniaques, ceux chuchotant sur son passage et ses comportement étranges ne sont pas rares, parfois même parmi ses plus proches amis. Mais il n'en a cure, Nicholaus s'est doucement endurci, se cloisonnant et tâchant de rester aussi stable qu'il le peut, parce que sinon, il le sait, ILS auront sa peau... Puis celle des autres.


... So, I said " This is what being an adult is like ?! "


C'est chez les Oubliators que Nicholaus finit par trouver sa voie après avoir échoué à rejoindre le rang prestigieux des Aurors, son esprit trop pragmatique et dispersé bien incapable de réagir de façon aussi vive. Mais bien que rigoureux et requérant beaucoup de concentration, les rangs des Oubliators lui convinrent parfaitement autant que faire se peut, appréciant le travail au répétitif rassurant, aux rapports administratifs pointilleux avec juste ce qu'il faut comme adrénaline et originalité régulièrement renouvelée pour qu'il ne sombre pas non plus dans la monotonie. Et contre toute attente, il est bon, très bon même, avec ses manies étranges qui font sourire ses collègues, avec sa façon de toujours vérifier tous les détails de façon bien trop minutieuse, presque maniaque, de toujours prévoir le pire et imaginer toutes les possibilités à la limite de l'irrespectueux lorsqu'il l'annonce au superviseur ou au malheureux qui a fait défaut. Là où on a l'habitude d'observer quelques échecs récurrents sur les oubliettes utilisées pour préserver le secret, les méthodes du Crépusculaire semblent plus qu'efficaces.

Rodney Areson est d'ailleurs hésitant intérieurement lorsqu'il annonce la proposition de promotion au rang d'Oubliator d'Elite au Rosenhirsh. Sa façon de l'observer, ce petit sourire en coin incertain, le paquet d'années en trop dont il semble affligé qui le font paraître plus vieux, en plus d'avoir l'impression de se méfier de sa propre ombre, cette docilité distante et taciturne qui dissimule un caractère certes coulant mais capable de la plus grande dureté quand il n'est pas en accord avec la situation, le Directeur se sent étrangement mal à l'aise. Mais il a vu ses résultats, l'a vu travailler et a déjà discuté à plusieurs reprises avec le sorcier même si n'a jamais réussi à réellement le cerner avant que ce dernier ne se referme violemment. Une personnalité particulière pour un élément efficace. Les deux hommes signent le nouveau contrat qui fera passer l'Oubliator des petites affaires courantes à celles considérées top secrètes, que ce soit aux côtés de certains Aurors après quelques coups d'éclats plus ou moins réussis trop près de la population sorcière ou même en équipe particulièrement ajustée avec des Langues-de-Plomb.

Avec les années, les évènements magiques observés et les nouveaux lieux parcourus, la Schizophrénie de Nicholaus s'accentue et l'homme à de plus en plus de mal à la dissimuler tandis que de lourdes migraines lui vrillent corps et esprit. Son comportement à la limite de l'autisme parfois, refusant toute sociabilisation, ses rituels et sa paranoïa font de moins en moins sourire, tout autant que toutes ces fois où le sorcier ne peut résister à parler seul, insistant tant sur des histoires de morts que d'objets qui ne devraient vraiment pas être ainsi, avant de foudroyer les personnes présentes du regard sans même chercher à s'expliquer. Des rumeurs de malédiction sont l'explication fournie par certains, tandis que d'autres n'apprécient tout simplement pas le personnage et quelques rares ne se gênent pas pour simplement le considérer comme fou. Mais son travail reste exemplaire même si son cercle d'amis et de collègues l'appréciant diminue drastiquement.

Torturé, taciturne, renfermé et se battant contre ses propres démons aussi bien psychiques que réels -l'homme qu'il considère comme son meilleur ami l'aura doucement poussé à embrasser la cause Mangemort sans qu'il n'arrive trop vraiment à savoir ni comment ni pourquoi – une ultime vision de sa mère en sang et agonisante un soir d'été le poussera à préparer l'irréparable. Ses yeux. Comme l'a si bien expliqué le Docteur Fowles et comme lui-même à largement eu le temps d'y penser et d'analyser depuis des années sans jamais réussir à passer à l'acte, ce sont ses yeux les fautifs, le moyen usité par ces spectres qui veulent tour à tour l'annihiler et le porter aux nues. Ses yeux qui le forcent à voir la vérité, une autre vérité dont il ne veut pas.

Il suffit de détruire l'instrument pour empêcher tout musicien de jouer sa symphonie.

***

Cela fait maintenant un peu plus d'une année que ses yeux sont vides suite à "un incident de terrain et d'un sortilège perdu", un an qu'il ne fait plus parti des Oubliators, qu'il a été promptement remercié avec toute l'hypocrisie possible. De toute façon, ils étaient des leurs, il le sait. Il l'a encore vu. Malgré ses yeux morts, le condamnant à la noirceur calme du néant, il a encore vu. C'est bien plus rare qu'avant, mais les faits sont là.

Ces fichus spectres de la mort ne le lâcheront-ils donc jamais?

Reclus dans son appartement trop propre et trop parfaitement rangé de Londres, le Crépusculaire ne peut s'empêcher de pleurer de frustration en silence après une nouvelle crise de terreur diurne avant de laisser ces larmes amères sécher d'elles-même sur sa peau fatiguée tandis que Melchior, son demi-fléreur réclame sa pitance.

Finir la bouteille de Scotch à la mélasse serait bien plus simple, mais il ne peut avoir confiance, il sait pertinemment qu' Ils en profiteront pour revenir souffler à son oreille.

Il se contentera de rejouer toujours la même mélopée avec son violon, Melchior tranquillement lové dans un coin du canapé de velours, sa respiration régulièrement se mêlant aux notes profondes de l'instrument.


QUESTIONS


۞ QUE SAVEZ-VOUS DES CRÉPUSCULAIRES ? :
Trop de choses. Que le corps médical considère cette malédiction comme une simple maladie face à laquelle ils sont impuissants et sans ressources tant les aspects divergent selon les "malades" que nous sommes. Seules ces foutues choses que nous voyons et qui d’après ces soi-disant éminents médicomages, ne sont qu'un bout de la baguette émergé de notre pathologie. Mais moi je sais, je sais que ces choses là sont vraies, quelque part du moins, qu'elles se battent pour le devenir, que nous sommes des messagers involontaires, choisis de force par d'antiques âmes qui se battent pour l'équilibre du bien et du mal, elles me l'ont dit. Mais je refuse de leur obéir docilement, si je ne peux vraiment me dissimuler à leurs yeux malgré tous mes efforts, je ne tomberai pas dans leur piège, je ne me ferai pas avoir et les autres feraient bien de faire de même et de rester vigilants en tout instant.

۞ QUEL RAPPORT AVEZ-VOUS AVEC LA DIVINATION ? :
Flou. Littéralement. Il semblerait que l'avenir refuse de se dévoiler quant à ma personne et ce, malgré les efforts de mes parents pour essayer de trouver un moyen de comprendre et de m'aider. Ils ont toujours eu une grande confiance en cet art magique, mais de ce dont je me souviens, les réactions des Devins que nous rencontrions étaient tout sauf claires et utiles.
Et si je trouvais ces épisodes aussi terrifiants qu'amusants plus jeune, j'en fronce maintenant les sourcils, refusant les rares prédictions ou constatations faites par ces gens-là.
Les Prophétie et la Divination sont des domaines certes importants du Monde magique, mais ils sont dépassés et n'ont plus lieu d'être à notre époque moderne, ce ne sont que boniments de bonne femme sans réel pouvoir qui ne font qu'inventer sur leurs propres observations et folie. Je préfère largement me convaincre de cette option-là, plutôt qu'écouter celle que me souffle parfois les voix dans mon esprit. Ce serait apporter de l'eau à leur aguamenti et c'est hors de question.


۞ QUE PENSEZ-VOUS DE L'ORDRE DES PHÉNIX ET DES MANGEMORTS ? :

Comment dire... Je vous vois d'ici, vous, gens soi-disant bien pensants, vous préparer de base à me lyncher pour le choix que j'ai fait, ce choix qui, je le sais, n'est pas tout à fait le mien, auquel je n'adhère pas entièrement. Mais les faits sont là, je suis un Mangemort. Et m'en détourner demanderait plus de courage que je n'en ai maintenant que le piège s'est refermé sur moi, ouvrir les yeux -si je puis dire- est bien trop tard. Pire! Cela pourrait non seulement me porter préjudice mais aussi aux gens que j'aime, à ma famille. Ma mère n'est-elle pas ce que l'on nomme vulgairement une sang-de-bourbe? La vision d'horreur d'elle qui m'est apparue il y a plus d'un an, restera à jamais gravée dans mon esprit et ne peut que me faire frémir à cette idée. Je sais qu'au moindre signe de traitrise, ils n'hésiteront pas à se venger sur elle. Sur d'autres. Si je me considère moi-même comme en-dehors de cette réalité, à moitié protégé par ces esprits que j'exècre et qui attendent trop de moi, je sais que ma famille n'est rien pour eux.

Comment en suis-je arrivé là?
Avec l'horreur du génocide à laquelle ont échappé mes parents en Allemagne?

En partie à cause d'elle malheureusement et j'ai encore bien du mal à ne pas continuer à penser ainsi. Ne sont-ce pas les Moldus qui sont à l'origine de la plupart des guerres, les plus meurtrières et horribles qui soient? Ce sont eux qui ont failli tuer ma famille jadis, eux qui ont annihilé tout un pan de leur propre race pour une simple question de religion. Ils ne sont pas sûrs, trop violents, trop différents, trop terrifiants. Il est normal de vouloir les contrôler, nous qui possédons davantage de sagesse, de pouvoir et de devoir.

En partie à cause de mon imbécilité, de ma timidité et de ma fâcheuse tendance à être trop influençable. Je n'irais pas jusque considérer les familles Sang-purs comme supérieurs au reste des Sorciers, mais il me parait plus que normal que la concentration d'un sang sorcier au fil des générations puisse ainsi le rendre plus fort et plus sûr. Ils possèdent richesse, pouvoir, sagesse et expérience, là où les autres sorciers n'en sont qu'au balbutiement du monde magique et je ne peux m'empêcher de donner foi aux propos que me soufflent les autres. A force d'en entendre parler, on s'habitue aux chimères et on finit par les transformer en réalité.

En partie à cause d'un croche-patte malsain d'une personne que je considère à tort comme l'un de mes plus proches amis.

Bishop est un jeune homme au charisme indéniable et à la langue atrocement précise, et malgré ses deux ans de moins, notre proximité lui a toujours conféré un certain ascendant sur moi. Mais malgré tout l’égoïsme dont il est capable, il n'aime pas faire les choses seul, ne supporte pas de s'engager dans quoi que ce soit sans quelqu'un pour le suivre aveuglement. J'ai longtemps été ce quelqu'un et c'est lui qui m'a doucement initié à la haine prônée par le Seigneur des Ténèbres, à son cercle de fidèles, me rongeant l'esprit petit à petit, trouvant les arguments justes tandis que je cédais. Pour moi, Bishop a toujours été le frère que je n'ai jamais eu, autant qu'un modèle, un héro, un être à atteindre. Que je crois vraiment à ses mots n'avait pas vraiment d'importance, je me suis laissé convaincre autant qu'il m'a convaincu.

Je ne suis pas quelqu'un de très important dans l'organisation, je ne suis qu'un simple rouage dans l'Ombre même si Bishop a déjà essayé de me pousser dans la lumière, me forçant à utiliser mes compétences d'Oubliator jadis. Mais je n'ai jamais participé à de raid mortel et même si mon ressentiment vis à vis des moldus me semble réel, je ne sais pas si je désire lever la baguette contre eux. Ils ne sont pas tous si horribles, il ne faut pas généraliser aussi facilement. Après, avec un peu d'observation et de preuves par contre...

Et qui sait si ces âmes tuées par sortilèges ne rejoindront pas Les Autres d'ailleurs?

Mais si je n'ai plus guère participé à beaucoup de rencontres ou actions depuis ma cécité, je doute que cela dure éternellement..Le Seigneur des Ténèbres trouve toujours comment nous utiliser de la manière la plus utile qu'il soit.

Quant à l'Ordre du Phénix. Que dire? Aussi lointains que proches. Ils me semblent autant appartenir à une autre réalité, des ombres se battant pour des choses aussi vagues que possible, des choses sur lesquelles je ne veux pas trop me pencher pour ne pas faillir plus encore, tout en ayant l'impression que chaque regard dans la rue est celui d'un homme de leurs troupes. Dumbledore, ce grand homme, en est. Combien de temps resterais-je dans l'ombre sans que le couperet me tombe dessus ? Ils ont des espions, trop d'espions et je suis bien placé pour savoir que le Ministère autant que les Mangemorts ne savent pas qui ils sont..

S'il ne tenait qu'à moi, je m'éclipserais, je disparaitrais à leurs yeux, tous autant qu'ils sont, quelle que soit leur guerre et motivation, je ne voudrais prendre parti. Mais c'est trop tard et Ils disent que c'est mon Destin, que cela permettra de me juger, de me mettre à l'épreuve et d'accomplir mon devoir.


۞ AVATAR : Paul Bettany
۞ DOUBLE COMPTE ? Les PNJs et Destin, ça compte? ^^
۞ PRÉNOM OU PSEUDO :Hello, I'm Lord Ena, pour vous servir et desservir, viles faquins ensorcelés!
۞ ÂGE DU JOUEUR : Une accumulation de 27 années terriennes
۞ COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? J'y ai fait la Popote et je garde la recette secrète hé hé!
۞ COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ?La classe de la mort qui tue, non? En toute modestie bien sûr...
۞ PRÉSENCE SUR LE FORUM : Au moins autant que possible dans ma vie d’Écureuil albinos fou.
Revenir en haut Aller en bas
 

Nicholaus Rosenhirsh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nicholaus M. Rosenhirsh – H – 32 ans – Mangemort - Ex-Oubliator ¤ Sans Emploi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Crépuscule des Sorciers :: Avant toute chose :: Etat civil des Personnages :: Présentations Validées-