AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
AuteurMessage
Messages : 82
Date d'inscription : 24/10/2013
Organisation : Ordre du Phénix
Emploi/études : Briseur de Sort
Maison : Serpentard
avatar
Aiden D. Lehnsman
Afficher

Feuille de personnage
Caractère/infos particulières:
Carnet d'adresses:
Capacités spéciales:
MessageSujet: Les toilettes des confidences [PV Sirius]   Ven 7 Nov - 23:05

L'interrogatoire à peine terminé, Aiden avait voulu profiter du peu de liberté que l'on voulait bien lui accorder dans l'instant. S'il ne pouvait encore quitter le Ministère, alors que certains points de son témoignages devaient vraisemblablement être vérifiés, il pouvait tout de même sortir pour quelques instants cette salle qui, malgré sa taille, devenait purement et simplement étouffante. Il devait changer d'air. Il devait se passer un peu d'eau sur le visage. Et il devait, mine de rien, soulager quelques besoins purement physiques dans un endroit où personne ne pouvait aller à sa place : les toilettes.

Aiden ne put cependant manquer les éclats de voix soudains qui s'élevèrent dans la salle où nombre de sorciers, représentants du Ministère ou non, continuaient à aller et venir. La main sur la poignée, sous le regard scrutateur de l'Auror qui venait de lui donner la permission de s'éclipser, le Briseur de Sort ne put s'empêcher de chercher instinctivement des yeux celui qui était à l'origine de ce début d'esclandre. Et il ne met pas longtemps à le repérer, tout comme il ne met pas longtemps à reconnaître ces cris de gorets : Black. Et Aiden de simplement hausser les épaules, comme si cela n'avait pas la moindre importance, avant de se diriger enfin vers l'endroit tant convoité : les toilettes. Passage obligé dans une petite cabine privée, mains soigneusement lavées, visage rafraîchit et même un peu aspergé... Et l'immobilisme, soudain. Et Aiden prend soudain conscience du silence presque absolu qui règne autour de lui. Assourdissant. Il a vécu l'attaque sans jamais s'arrêter. Il a couru, combattu. Il a lutté pour leur sécurité à tous, pour celle de Célène, principalement. Il a perdu. Et puis il a été soigné, tripoté. Interrogé, aussi. Il a supporté les bruits tout autour, les cris, les éboulements, les explosions. Et maintenant il se retrouve juste dans le silence. Dans le calme. Au bord du vide...

Il ne s'est pas tout de suite rendu compte que ses mains ont quitté son visage pour venir se poser sur la faïence du lavabo. Il ne s'est pas rendu compte de la tension qui l'habitait avant que celle-ci ne décide de se manifester. Il ne s'est même pas non plus rendu compte de la rapidité soudaine de son souffle. Il ne s'était même pas rendu compte du poids qui pesait sur ses épaules avant que celui-ci ne l'écrase de toute sa puissance, le laissant presque hagard. Presque ? Il sait déjà qu'il peut l'oublier, ce presque, quand il relève légèrement la tête et qu'il croise le regard égaré d'un homme qui ne peut être lui. Pourtant, il est bien seul en cet instant et il ne semble pas faire face à un quelconque phénomène magique. Alors quoi ? C'est vraiment lui, là ? Cet homme qui semble si fatigué ? Si... désespéré ?

Il vient de mener un rude combat, certes, même si personne, à sa connaissance, n'a été gravement blessé. Il peut accepter la fatigue. Mais le reste ? Est-il aussi transparent que ce miroir veut bien le laisser penser ? C'est sa propre couverture qui est en danger s'il n'arrive pas à reprendre contenance avant de sortir d'ici. Et il sait qu'il ne peut pas se le permettre. Pas après que Célène ait envoyé la sienne voler en éclat ! Alors quoi ? La trahison de sa femme aurait-elle pu le mettre dans un tel état ? Pas maintenant qu'il l'a ouvertement traité de tous les noms devant les Aurors. Pas maintenant qu'il s'est ouvertement désolidarisé d'elle et de ses actes sous serment. Pas maintenant qu'il n'est censé être qu'un honnête citoyen simplement prit dans le feu de l'action.

Alors comment pourrait-il expliquer la pâleur soudain de son visage ? Les traits tendus, tirés ? L'air défait auquel un cadavre n'aurait rien à envier ? Sa gorge est nouée, il le sent. Sèche, trop sèche, beaucoup trop. Et les pensées qui se bousculent dans sa tête le perturbent plus qu'elles ne l'aident à y voir plus clair. Célène. Et l'avenir ? Leur avenir ? Ce qu'ils avaient construits, ce qu'ils pouvaient construire ? Est-ce que tout cela est juste parti en fumée d'un coup de baguette contre la leader des Collateral Damages ? Est-ce que tout est réellement fini ? Est-ce que cette nuit de cauchemar va enfin s'arrêter ?!

Peut-être, oui, alors que la poignée de la porte d'entrée s'abaisse. Peut-être, oui, alors qu'un auror s'apprête sans doute à rentrer, pour voir ce qu'il fabrique, et à lui faire subir de nouveau un interrogatoire minutieux au vu de son attitude. Le cauchemar va peut être s'empirer. Pour faire place à une réalité pire encore.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

Les toilettes des confidences [PV Sirius]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sirius Black : le parrain
» Les meilleures scènes de toilettes
» Presentation de James Sirius Potter,Fils de Harry Potter
» Règle n°3 : méfiez-vous des toilettes ✗ le 24/02 vers 14h58
» Un microbe, un virus, des toilettes [19.01 à 16h]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Crépuscule des Sorciers :: Sud de la Grande-Bretagne :: Ministère de la Magie :: Les 7 Départements-