AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
AuteurMessage
Messages : 8
Date d'inscription : 15/07/2013
Organisation : Aucune - Neutre Phénix
Emploi/études : Chef de service de pathologie des sorciers
Maison : Poufsouffle
avatar
William Fowles
Afficher

Feuille de personnage
Caractère/infos particulières:
Carnet d'adresses:
Capacités spéciales:
MessageSujet: William Fowles ✧ Chef du service de pathologie des sortilèges de Ste Mangouste   Jeu 25 Juil - 18:30

William A. Fowles
feat Bill Murray

Date de naissance : 11 août 1917

Nationalité : Anglaise

Etat civil : Marié à Athenya Bratshaw-Fowles

Ascendance : Sorcier ordinaire

Ecole de Magie : Poudlard

Maison : Poufsouffle

Métier : Chef du service de pathologie des sortilèges à l’hôpital pour sorciers de Ste Mangouste, formation de psychomage

Organisation : Aucune. Neutre – Ordre du Phénix

Capacité spéciale : Aucune.

Particularité : Son année passée au Tibet lui a permis d’apprendre certains sortilèges inconnus de la plupart des sorciers occidentaux.


Background



William naît d’une mère au foyer et d’un père grand avocat sorcier siégeant au Magenmagot. Enfant eu sur le tard, il rejoint une fratrie déjà composée de deux garçons, de dix et huit ans ses aînés.

Mrs Fowles offrit à ses enfants une éducation aussi douce qu’elle était ferme, compensant les nombreuses absences de son mari dues à son travail au Ministère. Père malgré tout présent autant qu’il le pouvait, il se révélait bien plus effacé dans sa vie privée et les enfants grandirent entre séances de devoirs strictes et parties de Quidditch dans le jardin de leur cottage d’une petite ville sorcière d’Angleterre.

Les paroles de sa mère furent sans appel lorsque ses parents accompagnèrent William au quai 9 ¾ : « Rend-nous fier de toi. ». Le petit garçon avait acquiescé gravement. De nature joviale et engageante, il savait tout de même déjà reconnaître le poids qui pesait sur ses frêles épaules.

Envoyé à Poufsouffle derechef, il dut travailler bien plus que certains élèves. Bien qu’intelligent, il possédait peu de facilités et il ne dut ses notes acceptables qu’à un travail régulier et consciencieux.

Ses ASPIC obtenus, le jeune homme décida de partir faire le tour du Monde. N’ayant aucun domaine de prédilection, ni bon ni mauvais où que ce fut, il n’avait aucune idée de ce que le futur lui réservait.

Au hasard de ses tribulations, il atterrit au Tibet, où il fit la rencontre de moines sorciers vivant dans un monastère reculé. Alors qu’il ne devait y rester qu’un mois, il passa un an près d’eux. Le moine Sangrèd lui enseigna la paix de l’esprit. Mais aussi ses méandres. Fort de son expérience auprès des désœuvrés, il lui raconta l’atrocité de la nature humaine et sa beauté infinie, mais surtout sa complexité naît des épreuves de la vie, de l’environnement, de la maladie … William, pendu à ses lèvres lors de chacune de ses leçons, découvrit enfin sa vocation.

Rentré à Londres, ayant gagné en assurance et en sagesse, il s’inscrivit à la formation de médicomage. Quatre ans plus tard, il se spécialisa dans la pathologie des sortilèges, et plus particulièrement en psychomagie.

En 1947, alors âgé de 30 ans et heureusement marié depuis trois ans, il termina ses études et devint psychomage titulaire.

Ce fut à cette période que les enfants commencèrent à arriver dans le service où il travaillait. Les médicomages généralistes n’arrivaient pas à poser de diagnostics sur les deux bambins qu’ils avaient reçus en deux ans. Terreurs nocturnes, élucubrations étranges, même pour des bébés … Le jour se couchait et leurs attitudes changeaient.

Si certains y virent d’intéressants cas d’école, on se préoccupa peu de leur sort. Après tout, même les futurs sorciers pouvaient être atteints de certaines pathologies mentales.

Le « on » ne comprenant pas le Dr Fowles. Quelque chose chez ces enfants, dans leurs symptômes, l’avait interpelé.

Ce fut son plus grand sujet de recherche. En 1961, le terme « Crépusculaire » apparut pour la première fois dans une revue médicale, alors que d’autres cas étaient recensés, au Royaume-Uni, mais aussi dans d’autres pays. L’article du Dr Fowles passa inaperçu auprès du grand public et eut peu de bruits dans sa profession, bien qu’on lui accorda volontiers l’honneur d’attribuer à cette pathologie rare et controversée le nom de « syndrôme de Fowles ».

Malgré sa réputation d’illuminé, William Fowles devint, en 1971, le chef de service de médicomagie en pathologie des sortilèges, chacun s’accordant sur ses compétences brillantes en matière de psychomagie.

Le 1er novembre 1978, au même titre que nombre de sorciers du service de pathologie des sortilèges, William se retrouve coincé au quatrième étage de Ste Mangouste.

Il lutte avec acharnement contre les Mangemorts durant toute cette terrible journée, tentant de préserver la vie des personnes qu'il croise dans sa course effrénée pour leur échapper. Il se montre même prêt à échanger la sienne contre les leurs !

Un coup du sort empêchera les sbires du Mage Noir de le kidnapper comme prévu. Aujourd'hui, alors qu'il a été décoré première classe de l'Ordre de Merlin pour ses actes de bravoure, il le regretterait presque. Rongé par un profond traumatisme et par la culpabilité, il ne cesse de repenser à ces événements et à tous ces dossiers, toutes ces personnes disparues.
Revenir en haut Aller en bas
 

William Fowles ✧ Chef du service de pathologie des sortilèges de Ste Mangouste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Haiti-Vodou; Un chef suprême pour le voudou est élu
» Du code d'éthique de l'Armée Mainoise
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Crépuscule des Sorciers :: Avant toute chose :: Synopsis :: Coffre des Personnages Clefs :: Personnages Principaux-