AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
AuteurMessage
Messages : 356
Date d'inscription : 17/08/2013
Organisation : Neutre - Phénix
Emploi/études : Journaliste pour Sorcière Hebdo
Maison : Poufsouffle
avatar
Basil Cavendish
Afficher

Feuille de personnage
Caractère/infos particulières:
Carnet d'adresses:
Capacités spéciales:
MessageSujet: Oh ! On pourrait être copains !   Dim 8 Déc - 15:35

Plongé dans ses pensées jusqu'à la plus haute touffe de cheveux - ou jusqu'au dernier neurone si vous préférez - Basil ne réalisa pas tout de suite qu'on toquait à sa porte. En fait, il lui fallut plusieurs secondes pour ne serait-ce qu'entendre le bruit caractéristique du heurtoir en forme de tatou. Après quoi il eu besoin d'un nouvel instant pour identifier le son et comprendre d'où il venait. La porte. Sa porte.... son prof. Ca ne pouvait être que lui... puisque c'était le jour et l'heure à laquelle il lui avait donné rendez-vous. Logique non ? Pourtant, sans parvenir à se l'expliquer, Basil espérait presque que cela soit quelqu'un d'autre. Peut être parce qu'une fois la porte ouverte, il n'y aurait plus de retour en arrière ? Plus d'échappatoire. Plus de négation possible...

Admettre qu'il était une bouse en sortilège n'avait suscité aucune difficulté en soit. Au contraire : sitôt sortit de Sainte Mangouste, il était directement allé se réfugier chez sa soeur pour pleurer sur son sort et vanter son incompétence. Il avait été pathétique du début à la fin, il le savait, et il ne voyait aucun intérêt à le nier. Mais reconnaître qu'il avait besoin de prendre des cours par contre, c'était autre chose. Parce que s'il faisait appel à un professeur, ce serait en prévision d'une nouvelle situation de crise qui nécessiterait qu'il se défende. Un nouveau cauchemar à la " Sainte Mangouste ". Et quand le souvenir de la précédente atrocité troublait encore vos nuits et vos journées, il était difficile d'accepter l'idée qu'il faudrait peut être y faire face à nouveau. Surtout quand on était un Poufsouffle sans courage, sans talent et sans conviction d'aucune sorte.

Certes, ce qui s'était passé à l'hôpital avait finit par le convaincre que les mangemorts n'étaient pas si inoffensifs que le Ministère voulait bien le faire croire. Il n'empêche qu'il ne se sentait pas encore prêt à prendre partit pour qui que ce soit. Tous les sbires de Voldemort ne pouvaient pas être aussi violents que ceux qu'il avait croisé à Sainte Mangouste. Et puis, au fond, ils ne faisaient que défendre une cause à laquelle ils croyaient désespéramment. Une mauvaise cause, bien sûr, mais une pour laquelle il mettait toute leur bonne volonté. Il suffisait de les arrêter et de les remettre sur le droit chemin. Peut être qu'ils avaient attaqué l'hôpital parce que justement, le Ministère les avait poussé dans leur dernier retranchements ? Personne ne savait ce qui se passait en coulisse. Personne ne pouvait affirmer sans se tromper qui avait raison, qui avait tort et qui devait être éliminé. Et lui encore moins que les autres. Malgré ce qu'il avait vu, il resterait neutre. Il ne combattrait personne, ne soutiendrait personne et n'applaudirait personne. Enfin personne à part les troupes d'aurors et de brigadiers qui défendaient les pauvres gens comme lui qui ne comprenaient rien, ne suivaient rien et essayaient péniblement d'exister sans être vus.
Mais pour exister dans ce monde, il fallait pouvoir se défendre un minimum... c'était ce que lui avait répété Tiffany tous les jours, ces deux dernières semaines. Jusqu'à réussir à le convaincre de prendre des cours. Juste au cas où. Ca ne voulait pas dire qu'il combattrait qui que ce soit ou tomberait dans un piège. Ca ne voulait rien dire du tout à part qu'il était prévoyant et pragmatique.

Apaisé par cette idée, il quitta enfin son canapé pour ouvrir la porte à son invité... et se figea en découvrant le dit sorcier. Ok... Ca c'était du prof. Grand, bien bâtit, la tête droite, l'air fort et naturellement doué en sortilège... il était l'exemple parfait de ce à quoi il ne ressemblerait jamais. Ja-mais. Même avec six mois d'entraînement intensif. C'était à la fois impressionnant et un peu flippant. Ou rassurant ? Si c'était ce type là qui lui apprenait à se défendre, il devrait atteindre un bon niveau non ? Quoique... connaissant ses propres capacités, ce n'était pas sûr. La bouche toujours entrouverte, il le détailla une nouvelle fois de la tête aux pieds avant de réaliser que plusieurs secondes de silence s'étaient déjà écoulé.

« Heu... bonjour. Monsieur Greystock ? Entrez, entrez ! Je suis Basil Cavendish mais vous le savez déjà puisque vous avez répondu à l'annonce. Merci d'ailleurs. C'est vraiment très gentil d'accepter ce poste. Vous voulez poser votre cape peut être ? Ou je peux la prendre pour vous. Je suis désolé, j'ai pas d'elfe de maison. C'est que ça consomme ces bestioles. », plaisanta-t-il d'un ton faussement enjoué. « Enfin, plus sérieusement je n'en vois pas vraiment l'utilité, surtout pour un sorcier qui vit seul dans une petite maison comme la mienne. Et qui a assez de temps libre pour s'occuper de tout le reste quand il... Oui, bon, c'est un vaste sujet. Je vais pas vous embêter avec ça. Vous voulez du thé ? Du café ? Du lait ? Un verre de vin ? Même si je ne suis pas sûre que ce soit très recommandé avant de lancer des sorts. Enfin surtout pour moi. » Nouveau rire gêné. « J'ai aussi des patacitrouilles, des chocolats, des friandises étrangères ou des dragées de Berties Crochues. Et plein d'autres choses. N'hésitez pas à demander ! J'ai pensé que vous voudriez sûrement prendre quelque chose avant de commencer. Et puis comme ça on pourrait... » Il posa un rapide coup d'oeil gêné à son physique bien plus viril que le sien. « ... hum... apprendre à se connaître un peu. Pour être... plus à l'aise. Non pas que je ne sois pas à l'aise avec vous hein. Je voulais juste dire que ce serait plus sympathique, je crois. Mais je ne veux vous forcer à rien bien sûr. On peut aussi juste commencer. C'est comme vous voulez vraiment. », conclue-t-il avec un sourire gêné, en continuant de sortir toutes les boissons et tous les trucs à grignoter dont disposait son placard.

Pourvu qu'il ne soit pas tombé sur un asocial. Ou un brigadier un peu brute. Ou un opportuniste qui ne savait pas vraiment ce qu'il faisait.. Ou un Phénix. Ou un Mangemort. Ou un.... mais noooon ! Qu'est ce qu'il racontait ?! C'était juste un type normal, comme lui ! Enfin presque. Pourvu aussi que l'autre ne le prenne pas déjà pour un dingue.

_________________
Don't bring me into this....
It's not that I'm afraid of death, war or pain ; it's just that I don't wanna be there when it happens.
(icon sunkiss./code northern lights.)




Code couleur : #bb99ca
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
Afficher
MessageSujet: Re: Oh ! On pourrait être copains !   Lun 9 Déc - 15:31


Oh ! On pourrait être copains !


Un bout de parchemin à la main, le brun s'était arrêté dans le couloir devant la porte qui semblait être celle de son futur élève. Les numéros correspondaient, tout du moins, et si jamais il ne le trouvait pas là, hé bien il pourrait toujours se brosser pour ses cours. Ceci dit, il lui avait semblé plutôt sérieux lors de leurs premiers contacts par hiboux. Il n'y avait donc pas de raison que cela se passe mal à première vu. Il se contenta alors de glisser le papier dans la poche de son manteau en cuir de dragon, et de frapper à la porte.
A peine la porte s'était-elle ouverte qu'Aleksander commença à regretter son choix. Bien sûr il ne s'était pas attendu à une personne comme lui de l'autre côté de la porte, mais là, c'était pire que tout. L'homme ne cessait de parler, et en moins de deux minutes il avait déjà déblatéré plus qu'il ne fallait pour une première rencontre. D'un autre côté, il s'y attendait un peu. Alors pourquoi avoir répondu à l'annonce, si tant est qu'on puisse utiliser ces termes. Puisque après tout, il ne faisait jamais que rendre service à un ami qui lui avait demandé de s'en occuper. Le bouche à oreille était parfois plus efficace qu'autre chose quand il s'agissait de trouver un professeur pour une remise à niveau en défense contre les forces du mal et sortilège. Le genre de chose qu'Aleksander n'aurait jamais fait de lui-même, se sachant peu pédagogue et ayant une patience toute relative lorsqu'il s'agissait de s'occuper de quelqu'un d'autre que lui-même.
Il répondait de façon brève à quelques une de ses remarques, se contentant d'un « Je vous en prie » lorsqu'il le remercia, ou encore d'un « Un café m'ira très bien, s'il vous plaît » lorsqu'il lui proposa quelque chose à boire. Ce qui ne fut pas une mince affaire considérant le débit de parole de son interlocuteur qui semblait ne jamais en finir. Il ignora d'autres remarques qui meublaient fort bien la conversation. Il fallait bien avouer que les idées de son employeur (si on pouvait dire ça ainsi), il se les carrait un peu dans l'oreille, pour rester poli. L'air gêné du jeune homme amusa quelque peu Aleksander, bien qu'il trouvait la situation particulièrement agaçante en un sens. C'était précisément le genre de personne que l'ancien chasseur de dragon avait envie de prendre par le col pour le secouer, voir si ça remettait un peu ses testicule en place.

Le jeune homme observa autour de lui l'appartement de l'autre, qui semblait être son exact opposé. C'est vrai quoi, bavard, l'air un peu faiblard, plutôt enjoué, c'était tout simplement l'exact opposé de l'ours qu'était Aleksander. Finalement, il décida de faire un peu comme chez lui et de s'installer. Ils n'allaient pas commencer le cours tout de suite. Ils allaient d'abord se poser autour d'une bonne tasse de café, pour lui tout du moins, il voyait plus son nouvel élève comme étant le genre à boire du thé, et discuter un peu. Ca ne servait à rien de lui donner un cours s'il ne connaissait pas le niveau de la personne en face de lui. Il avait besoin de se faire une idée de ce à quoi il devait s'attendre et de l'évolution qu'il allait lui proposer. Alors il posa son manteau sur une chaise autour de la table et s'installa sur la chaise d'un air décontracté, en continuant d'observer autour de lui, prenant la parole d'une voix calme et ferme (et virile).
« Se précipiter n'est pas utile. J'aimerai bien discuter un peu déjà de vos attentes par rapport à ces leçons, et en savoir un peu plus sur votre niveau, vos motivations pour prendre ce cours. » Il marqua une très courte pause. C'était sûr que par rapport au débit de Basil, Aleksander parlait bien lentement. « Ca serait déjà une bonne base pour commencer. »

Le faussement anglais avait fini de repérer toutes les issues possibles de la pièce et observait de façon plus analytique Basil désormais. Il chercha un premier lieu où se trouvait la baguette de l'individu qui préparait les boissons et viendrait sans doute s'installer après. Tout ça lui rappelait des souvenirs, lorsque lui-même avait entamé sa formation de Chasseur de Dragon. Il se souvenait de son impatience et de son irritation face au calme de son professeur, sa lenteur apparente. Il se souvenait aussi très bien du vol plané qu'il avait fait lors de leur première leçon, et de toutes les fois où cela avait recommencé. Il se souvenait de sa première victoire, qui était alors bien maigre, mais dont il était tellement fier.
Enfin, le passé était le passé. Ce qui le laissait penser au passage que l'appartement ne serait probablement pas le lieu le plus adapté à un entraînement. Trop de choses, d'objets possible à briser, sur lesquelles se blesser sérieusement. Bien sûr, en condition réelle aussi ce genre de décor, de situation était possible. Mais il doutait que son élève cherche à massacrer son appartement. Il en doutait même très sérieusement.
« Vous avez une salle subsidiaire où pourront se dérouler nos cours ? Cela risque d'être un peu... petit ici pour le faire. »
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 356
Date d'inscription : 17/08/2013
Organisation : Neutre - Phénix
Emploi/études : Journaliste pour Sorcière Hebdo
Maison : Poufsouffle
avatar
Basil Cavendish
Afficher

Feuille de personnage
Caractère/infos particulières:
Carnet d'adresses:
Capacités spéciales:
MessageSujet: Re: Oh ! On pourrait être copains !   Mer 18 Déc - 22:59

Donc, il allait prendre des cours avec ce type là. Ce sorcier qui avait le double de sa masse musculaire, qui buvait du café - ou la boisson des gens sérieux qui bossent comme des elfes de maisons - et qui en plus de tout ça, s'exprimait d'une voix lente et grave comme son vieux professeur d'astronomie. Super ! Ca allait être... drôle. Très drôle. Non parce que, aussi doué qu'il soit dans sa matière, on ne pouvait pas dire que cet enseignant là était le plus sympathique d'Angleterre. Ses sourires étaient aussi rares qu'un détraqueur en plein soleil et Basil s'était plusieurs fois demandé s'il connaissait le mot "encouragement ". Jusqu'au jour où il avait tristement conclu qu'il ne faisait pas partie de son vocabulaire. Bref, il espérait sincèrement que Greystock ne serait pas du même acabit. Mais vu comme c'était partit... Pourtant il avait l'air gentil. Il devait être gentil. Pourquoi sinon aurait-il accepté d'aider un parfait inconnu ? Personne ne l'y avait forcé. Personne ne lui avait mit la baguette sous la gorge. A moins qu'on ne lui ait caché des choses ? Il lança un coup d'oeil inquiet à l'étranger avant de retourner précipitamment faire son thé. Tsss... quel idiot il faisait avec son imagination débordante et ses scénarios capillotractés sortis de nulle part !
C'était un type normal, qu'il n'avait pas encore vu enseigner, qu'il ne pouvait pas juger et qui se révèlerait sans aucun doute charmant. Au pire, il lui expliquerait gentiment qu'il était une bouse (dans l'improbable situation où il n'aurait pas compris de lui-même) et il adapterait ses méthodes pédagogiques à son niveau. Voilà. Dehors le stress et la paranoïa ! S'efforçant de sourire et d'adopter un air décontracté, il versa les deux liquides dans les tasses puis s'assit en face de son invité. Et maintenant ?

« Se précipiter n'est pas utile. »

Ils étaient donc sur la même longueur d'onde ! Parfait ! Par contre, il n'était pas sûr d'aimer la suite de son discours. Qu'il s'interroge sur ses attentes et son niveau était une très bonne chose mais sur ses motivations ? Qu'est ce que ça pouvait bien lui faire ? Qu'est ce qu'il s'imaginait ? Qu'il essayait d'apprendre à se battre pour affronter quelqu'un en particulier ? Qu'il avait l'ambition de rejoindre une organisation secrète ou illégale ? Sans prévenir, la peur et la paranoïa de Basil refirent surface. Et s'il s'agissait d'un employé du ministère chargé de s'assurer que les personnes qui prenaient des cours de défense contre les forces du mal étaient des civils lambdas sans arrières pensées ? C'était tout à fait possible ! Ou pas. Ils n'oseraient jamais faire ça, non ? Mais s'ils avaient minimisés la dangerosité des mangemorts pour "protéger" la population, qu'est ce qui les empêchait de lancer une opération de cette envergure, hein ?!
Basil dû à nouveau se forcer à respirer. Bon, de toute façon, même si c'était vrai, il ne craignait rien. Il n'avait rien à se reprocher et il était le plus innocent des citoyens anglais... Après les nourrissons de moins de trois ans. Et à égalité avec les personnes aussi blanches que lui. Bref, il n'avait aucune raison de se faire du mouron. Il suffisait qu'il lui explique tout ça calmement.

Mais avant qu'il n'ait eu le temps d'ouvrir la bouche, le professeur posa une autre question. Ah oui, c'est vrai qu'une salle subsidiaire pouvait être très utile. Mais évidemment, il n'avait pas pensé à ce détail là. L'espace d'une seconde, la grande maison de ses parents se dessina dans son esprit mais il chassa rapidement cette idée. Hors de question de leur demander ce service. Encore moins de faire savoir à un inconnu qu'il était d'origine moldue. Il se contenta donc d'hausser les épaules et de répondre :

« Je pense qu'on peut se mettre dans la cave. Je suis désolé, j'ai rien de mieux pour l'instant. Je pourrais demander à une connaissance de nous prêter un local pour la prochaine fois mais là ça risque d'être un peu juste. Il faudrait que je lui écrive plusieurs jours à l'avance. Je le ferai ce soir tiens. Et sinon... Sinon je suis simplement un sorcier normal qui essaie d'apprendre quelques sorts pour se défendre. A cause de... à cause de Sainte Mangouste. », avoua-t-il en déglutissant péniblement au souvenir de cette journée. « J'ai pas d'autres ambitions. Même pas celle de me battre contre ceux qui font ça. Je suis pas doué pour ce genre de trucs et je fais généralement plus de conneries qu'autre chose. Alors si je peux éviter d'utiliser ma baguette, elle ne bouge pas de son étui. Mais si je me retrouve à nouveau entre deux feux, sans meuble, sans brigadier à proximité pour intervenir et sans possibilités de transplaner... je sais que c'est pas courant et que ça arrivera sûrement plus mais... mais juste au cas où, j'aimerai connaître quelques sorts. Juste pour moi. Vous comprenez ? »

Oui il comprenait. Il était persuadé qu'il avait parfaitement saisit à quelle sorte de lâche pathétique il avait affaire. Tant pis. Basil savait pertinemment qu'il le découvrirait à un moment ou un autre et mieux valait tôt que tard. Au cas où il veuille encore changer d'avis et s'en aller. Et s'il décidait de rester, il assumerait honteusement ce qu'il était.

« Concernant mon niveau, comme vous vous en doutez, il n'est pas très brillant. Mes derniers cours remontent un peu et je n'ai pas beaucoup l'occasion de pratiquer dans mon métier. Je suis journaliste à Sorcière Hebdo. Je sais plus si je vous l'avais dis ? Enfin, si vous voulez vous faire une idée plus précise, j'ai eu un P aux Buses en défense contre les forces du mal. Ensuite, j'ai laissé tomber. P comme piètre, vous savez ? D'ailleurs je ne sais même pas si vous avez été à Poudlard. D'où vous venez ? », demanda-t-il en retrouvant subitement ses réflexes de journaliste. « Enfin, vous n'êtes pas obligé de répondre bien sûr mais vous avez un accent assez particulier. Et ce n'est pas du tout une critique ; il est très bien comme accent ! Vous voulez encore un peu de café ? » ajouta-t-il en attrapant la casserole.

Décidément, il se sentait beaucoup mieux dans ce rôle là.

_________________
Don't bring me into this....
It's not that I'm afraid of death, war or pain ; it's just that I don't wanna be there when it happens.
(icon sunkiss./code northern lights.)




Code couleur : #bb99ca
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité
Invité
Afficher
MessageSujet: Re: Oh ! On pourrait être copains !   Lun 27 Jan - 13:23


Oh ! On pourrait être copains !


La cave serait parfaite. Il risquait d'y avoir un peu de résonance, mais au moins ils ne risquaient pas trop de casser des choses précieuses. Surtout si le jeune homme avait un niveau si lamentable qu'il le disait lui-même. Aleksander hocha donc la tête calmement face à la réponse obtenue. Evidemment il serait mieux qu'il puisse obtenir un local par la suite, mais au pire ils iraient travailler en extérieur, dans un coin tranquille. Ca irait très bien aussi. Et que l'hiver soit en train d'arriver ne serait pas ce qui retiendrait le jeune homme de traîner son élève dehors. Surtout qu'au final, il ne faisait pas si froid que ça, surtout comparé à ce qu'il avait pu connaître en Russie par le passé.
Ainsi donc il avait été présent le jour de l'attaque de Ste Mangouste ? Il était compréhensible qu'il ait ressentit la nécessité de mieux apprendre à se défendre alors. Voilà qui était intéressant à savoir...
Aleksander trempa ses lèvres dans son café pour en tester la température rapidement. Bien, parfaite. Il en bu une ou deux gorgées en écoutant avant de reposer la tasse devant lui. Le brun n'aurait pas eu besoin de plus de précision que celle qu'il avait déjà eu sur Ste mangouste pour comprendre plus ou moins les motivations du jeune homme, ceci dit. Le besoin de se défendre était tout à fait naturel, instinctif même. C'était comme ça, dans la nature de toute créature vivant sur cette planète. L'auto-conservation, l'instinct de survie... Toute personne bien équilibré avait ça. Certains défiaient cet instinct évidemment, comme lui le faisait lorsqu'il s'approchait d'un dragon, mais au delà de ça... S'il était en danger il était évident qu'il ferait tout pour rester en vie.
C'était loin d'être une question de lâcheté.

« Je comprends tout à fait. »

Toujours calme, il le laissa poursuivre à nouveau sans l'interrompre, sirotant tranquillement son café. Obtenir un P en DCFM aux BUSEs étaient un peu rude, tout de même. Les épreuves pratiques n'étaient tout de même pas si difficiles que ça au Royaume Uni, si ? Difficile d'en juger pour Aleksander qui avait passé sa scolarité à Durmstrang. Les exigences n'étaient pas exactement les mêmes en terme de magie que celles attendu dans un pays subissant moins l'influence de la Magie Noire. Bien qu'aujourd'hui ce n'était plus tout à fait vrai. Enfin, qu'importe. Il termina son café rapidement.
Un sourcil se haussa lorsque son client commença à poser des questions. Oh, rien de vraiment grave en soi, il n'avait pas honte de ne pas être allé à Poudlard. Mais visiblement le garçon avait un bon sens de l'observation.
Bien.
Il poussa sa tasse dans sa direction en hochant la tête à la proposition pour le café. Ca lui ferait du bien, il en aurait probablement besoin pour pouvoir tenir la conversation avec Basil.
« Non, je n'ai pas été à Poudlard, mais à Durmstrang. Je vivais en Russie jusque récemment. » Russie de l'Ouest cela va sans dire, autrement il était peu probable qu'il aurait été à Durmstrang. La distance serait devenue un peu trop importante autrement. « Mais pour des soucis d'équivalence lors de nos examens nos notes sont également converties sur ce système. » Question de facilité les échanges, même si actuellement la situation politique ne favorisait pas vraiment cette pratique. Les trois écoles restaient malgré tout partenaires et en conséquence il était judicieux de conserver un système similaire même si ce n'était pas quotidien.
Une fois le café resservit, Aleksander tira à nouveau la tasse vers lui et remercia brièvement son hôte en le gratifiant d'un simple « Merci. » et il reprit la suite de la conversation pour expliquer rapidement quel serait le programme à venir.

« Ceci dit, je pense que notre collaboration devrait bien se passer. Alors je vais rapidement vous exposer un... programme de ce que nous verrons en cours. Dans l'idée, je vais déjà aujourd'hui essayer d'évaluer plus précisément votre niveau une fois qu'on sera descendu dans la cave. » Il marqua une courte pause avant de poursuivre, comme s'il réfléchissait en même temps qu'il parlait. « Il serait également bon, à mon avis, de vous entraîner au delà de cette simple matière. D'effectuer une petite remise en forme si vous préférez. Par exemple en vous mettant au jogging. Comme vous ne voulez pas aller directement à la confrontation, savoir courir peut s'avérer un avantage certain. » Il leva les yeux sur Basil pour essayer d'accrocher son regard. Ce n'était pas un reproche qu'il lui faisait de ne pas chercher le combat. Clairement pas. Il cherchait simplement à s'adapter aux besoins du garçon face à lui. « Travailler vos réflexes aussi à l'aide d'exercices simples. Savoir quand se baisser sans se protéger est un avantage certain en cas de duel et peut permettre de l'emporter plus souvent qu'on le pense. » Penser uniquement magie lors d'un affrontement était une grave erreur que beaucoup commettaient. Combien de fois il avait remporté un duel parce que son adversaire face à lui était bien trop acculé et n'essayait pas de bouger du champs de tir, se contentant de lancer de protego à répétition ?
« Du reste, nous allons déjà voir comment vous vous en sortez avec les basiques. Nous pourrons y aller quand vous serez prêt et si vous n'avez pas de question. » Dit-il avant de reprendre l'ingurgitation de sa boisson chaude.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Afficher
MessageSujet: Re: Oh ! On pourrait être copains !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh ! On pourrait être copains !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...
» Le séisme à Haïti pourrait marquer le début d'un nouveau cycle sismique
» Merci les copains
» Soyons tous copains: comme les fleurs, les arc-en-ciel et les licornes!
» Haïti/ La situation socioéconomique désastreuse pourrait être uti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Crépuscule des Sorciers :: Sud de la Grande-Bretagne :: Londres :: Habitations-